Une journée de test tout-terrain avec Bluetens, le kiné de poche

165

A l’occasion du lancement officiel de son électro-stimulateur sans fil et connecté Bluetens, dont vous nous parlions précédemment, l’équipe de Bluetens a souhaité faire découvrir son produit à la presse spécialisée dans une série de mises en situation pour le moins… sportives ! 

Le karting ? C’est pas du sport ça !

Pour démarrer l’après-midi Bluetens, nous sommes allés dans la cambrousse francilienne tester le karting. L’idée, c’était bien entendu de voir quelles étaient les performances de la « bébête à électrodes » en situation réelle de récupération après l’effort. L’effort ? C’est là que vous voyez une dizaine de journalistes s’esclaffer… »Mais on va faire du karting, de quel effort vous parlez ? » Alors effectivement, si nous avions juste pris nos karts et roulé tranquillement en manège autour de la piste, on aurait pu faire les malins. Mais c’était sans compter la présence d’un jeune champion de karting, Olivier Lombard, qui lui, n’a pas besoin de faire le malin. Le karting, il en fait depuis ses 10 ans.

Olivier Lombard, champion de karting
Olivier Lombard, souriant et serein avant de tous nous éclater sur la piste

Donc, c’est parti pour 40 minutes de karting en trois tours, un de chauffe, le deuxième pour le classement, le troisième pour la finale avec le champion qui va peut être arrêter de mettre le pied sur la pédale de frein cette fois-ci. Grâce à la présence de ce jeune Sébastien Loeb du karting, nous, les journalistes, on a été très malins. On nous a dit de faire attention, de ne pas appuyer comme des dératés sur l’accélérateur dans les virages, surtout que la plupart d’entre nous n’étaient pas vraiment rodés à l’art du karting (sauf dans notre folle jeunesse). On a eu des démonstrations de ce type, qu’on a bien écouté sagement :

Bluetens
Au moment des indications, « Ouais ouais, pas de souci, on va doucement ! »
 Nous, défiant les lois de la physique, lancés à 50km/h
Nous, défiant les lois de la physique, lancés à 50km/h

Donc : on a (presque) tous fait exactement l’inverse des consignes et il y a eu du dégât. Au premier tour, ça allait encore, mais dès qu’Olivier Lombard passait à notre niveau, bizarrement, tout le monde décidait de soudain se mettre en danger. Le résultat ne s’est pas fait attendre : des chocs, des carambolages, des sorties de piste pas très réglementaires, un choc à la tête, des côtes amochées et même… un vomi (on balance pas les confrères, ce qui s’est passé là-bas restera là bas). Merci de ne pas refaire la même bêtise qu’une série de dix journalistes enragés de la piste chez vous, merci.

C’est là qu’on voit que la communication sur l’efficacité du produit était bien rodée, puisque… qu’a t-on fait pour réparer nos blessures ? Nous avons testé Bluetens, pardi !

Après l’effort, le réconfort

Première chose à tester donc en rentrant à la « base », c’était Bluetens. Quatre petites électrodes hyper simples à mettre en place, sur la zone traumatisée. Ici, par pure coïncidence, nous avons une photo d’un journaliste à qui votre chère rédaction OBJETCONNECTE.NET a tout à fait involontairement fait un peu mal lors d’un carambolage musclé (il essayait de nous dépasser, non mais…):

Journée Bluetens
La blessure du guerrier (c’est lui qui a foncé sur moi, promis)

Et là, le slogan de Bluetens : « Get Better » prend tout son sens. Des petites décharges débarquent au bout de quelques secondes, et délivrent selon la zone une sensation de picotements, détente ou bien un tiraillement si les électrodes sont mal placées. Ici, le journaliste a évité la zone égratignée, ce n’est pas recommandé sur une plaie. Plusieurs recommandations nous ont été faites, le Bluetens est à éviter aux femmes enceintes, aux porteurs de pacemaker, cela va sans dire, et ce n’est pas recommandé pour les personnes souffrant de graves problèmes de circulation sanguine.

L ‘application est très simple à utiliser, il y a plusieurs programmes que nous vous décrirons dans un test complet de l’appareil prochainement, cet article visant à raconter l’utilisation de Bluetens en « situations extrêmes ».

Bluetens
Le boîtier de Bluetens avec une molette d’intensité pour les électrodes, un bouton bleu On/Off, les voyants lumineux pour savoir où en est le programme et le câble d’alimentation

Nous n’avons pas pu nous faire une idée spectaculaire de la récupération du journaliste endommagé, toutefois, pour avoir testé l’objet sur le cou, il est vrai que la sensation est intéressante. A petit volume, l’impression de mouvements en « vagues », un peu plus fort, on se retournerait presque pour vérifier que personne n’est en train de nous masser… et à pleine puissance, la nuque tressaute toute seule, et ça devient assez inconfortable. Mais pour la récupération du karting, ce fut bienvenu, puisque finalement, cet effort somme toute banal raidit quand même les membres à force d’être stressés sur le volant et nous a donné des courbatures un peu partout.

Du fitness, des boules et du yoga

Afin de parfaire notre test en situation… ou bien pour nous achever, les concepteurs du kiné connecté nous ont proposé une séance de fitness adjointe d’une séance de yoga pour finir la journée. Lors de la séance fitness, nous avons pu tester l’efficacité des fonctionnalités de Bluetens lors d’une séance d’abdominaux et gainage. Autant dire que la séance ne fut pas super sérieuse dès lors qu’on nous a présenté ça :

Gymball
Des Gymballs, c’est un peu comme une piscine à boules chez Ikéa pour un enfant de 4 ans, mais pour des adultes…

Le premier inconvénient que nous avons rencontré, c’est de s’appairer en Bluetooth à un objet connecté et un smartphone dans une salle remplie d’une dizaine de personnes. Chaque appareil porte un numéro de série mais en fonction du démarrage de la synchronisation, et de la mémoire de son porteur, chacun oubliait simultanément lequel était à qui, et cliquait sur celui de l’autre, ce qui avait pour effet de tous les désynchroniser au fur et à mesure. Faites attention si vous êtes nombreux à le tester au même endroit, donc.

Nous ne sommes pas allés jusqu’au bout du programme de 20 minutes, mais nous avons quand même pu ressentir les effets du programme fitness pour les abdos. Le programme vous accompagne lors de votre série, et amplifie l’intensité de la stimulation par électrodes au fur et à mesure… tant et si bien que vous sentez votre travail vraiment accompagné.

On vous passe les images du fitness et du yoga où nous fûmes passablement ridicules, tels des geeks du dimanche qui partent faire du sport, et aussi parce que nous ne souhaitons pas afficher nos collègues si ceci ne leur convient pas.

Bilan de la journée

Pour conclure cette journée, plutôt amusante, et intéressante du point de vue des variations de tests possibles avec le produit, il est intéressant de noter que l’efficacité du Bluetens n’est pas la première chose remarquable, la sensation au moment où il est porté peut être très agréable, et donner l’impression d’un vrai massage, mais peut être que le véritable bénéfice potentiel de l’objet se découvre à l’usage.

Bluetens
Vue de l’application Bluetens

Lors des sessions de récupération, il est clair que le produit a montré ses capacités, car la détente était bien là. Pour accompagner l’effort, idem. Toutefois, l’ayant testé à la maison pour un gros mal de dos du à une mauvaise posture récurrente, j’ai positionné les électrodes sur le « nœud » de tension et au moment du parcours de l’électrode, j’ai plutôt eu envie de filer chez le kiné, que de continuer la séance. En effet, ce fut désagréable voire douloureux. Je le conseille donc vraiment pour des usages bien spécifiques, tels que la récupération et pendant l’effort. C’est là qu’il montre tout son potentiel !