Top des voitures du futur avec le pilotage autonome

207

L’histoire de l’automobile a fait un long chemin en peu de temps. Des premières qui ressemblaient plus à des charrettes, aux emblématiques Citroën 2CV et en passant par les roues motrices, rien n’arrête le progrès. Ce n’est pas encore l’heure des voitures volantes des films de science fiction mais, en attendant, c’est la voiture autonome qui forge l’avenir. La rédaction vous présente son top de ces petits bolides intelligents.

Rolls-Royce 103EX Concept : le luxe connecté

La 103EX est un concept ultra futuriste qui rendrait les voitures volantes ringardes. Il annonce sûrement l’avenir de la marque, sa prochaine direction. Les axes principaux sont les moteurs zéro émission et bien sûr la conduite autonome. Ce qui, dans le cas des Rolls-Royce, n’est pas inutile puisque que ce sont plus des véhicules conçus pour se faire transporter par un chauffeur.

Le design de la 103EX Concept a été imaginé par Giles Taylor, le directeur du style. La Rolls-Royce repose sur d’immenses roues de 28 pouces à bande de roulement étroite. Elle mesure 5,90m de long et les ailes avants sont séparées et font également office de coffre.

La vidéo de présentation montre des portières antagonistes qui s’ouvrent vers l’extérieur et le toit, lui, pivote vers le haut. Ce ne sera même plus la peine de se baisser pour rentrer dans le véhicule. Le reste est à l’image de la marque. La 103EX est garnie de cuir et de bois précieux et l’habitacle est équipé d’un canapé en soie et en laine. Les passagers font face à un écran encerclé par du bois indonésien.

autonome rolls royce

Le chauffeur virtuel, mis à part conduire, est censé satisfaire tous vos désirs. Oui, on peut donc oublier le volant et les pédales, c’est du passé. Le V12 est aussi tombé dans les oubliettes pour laisser place à un moteur électrique. Rolls-Royce ne donne aucune précision sur la puissance du moteur mais elle devrait être largement suffisante, comme d’habitude.

Volvo avec son XC90 autonome

Le constructeur suédois passe la seconde dans l’expérimentation de ses véhicules autonomes avec le projet Drive Me. Des SUV XC90[2] seront testés par des consommateurs. Ils disposent de ce que la marque appelle «l’Autonomus Driving Brain», qui permet à l’utilisateur de vaquer à d’autres occupations que la conduite.

autonome-volvo

Lorsque le SUV XC90 circule sur une route compatible avec la conduite autonome, des palettes logées derrière le volant clignotent. En les pressant, le véhicule passe en mode Auto Pilot. Lorsque la fin de la zone compatible arrive, un compte à rebours de 6 secondes avec des alertes sonores se met en place. Sans réponse de la part du conducteur, l’IntelliSafe gare la voiture automatiquement.

Volvo vise une commercialisation de modèles véritablement autonomes en 2021. En attendant, la marque propose ses S90 et ses V90 avec l’option Pilot Assist qui garde les véhicules sur leur voie et conserve une bonne distance de sécurité.

La Google car autonome

Tout le monde a déjà entendu parler de la Google Car[3]. Selon le géant américain, cette voiture autonome possède des capteurs qui détectent des objets à une distance de deux terrains de football. Le module de télédétection par laser monté sur le toit, le Lidar, lui permet de «voir» dans toutes les directions. Rien n’y échappe, les piétons, les cyclistes et les autres véhicules. La voiture de Google serait même capable de détecter les sacs plastiques qui volent et les oiseaux qui s’approchent.

Le logiciel classe les obstacles en fonction de leur taille, leur forme et leur mouvement. Il anticipe par ailleurs leurs déplacements pour choisir une vitesse adaptée et la bonne trajectoire. Avec une carte et le capteur d’informations, la Google Car détermine sa position.

La Google Car embarque quand même 150.000 dollars de capteurs, d’ordinateurs et de caméras. Sa commercialisation est annoncée pour 2020. En attendant, leur flotte d’essai comprend des Lexus SUV modifiées et des prototypes entièrement autonomes qui accueillent quand même des conducteurs.

Mercedez Benz F 015 Luxury in Motion

Le constructeur allemand nous présente également sa vision de la voiture de 2030. La F 015 Luxury in Motion[4] ressemble à un petit vaisseau spatial. Elle est recouverte de LED qui changent de couleur pour indiquer si quelqu’un est au volant ou non. Si les lumières sont blanches, le véhicule est conduit par un humain. Si elles sont bleues, c’est la machine qui a pris les pédales.

autonome mercedes

Les LED du concept-car affichent aussi des messages comme pour annoncer un ralentissement aux automobiliste qui vous suivent. A l’avant, l’éclairage est modulable et informe les piétons que la voiture les a repéré. Un laser vert affiche alors un passage piéton sur le sol.

A l’intérieur, les fauteuils en aluminium et en cuir sont orientables à 180 degrés pour que tout le monde puisse se faire face pendant la conduite autonome. L’habitacle comprend six écrans Ultra HD pour contrôler les systèmes de sécurité et de divertissement.

Mercedes va encore plus loin en proposant une application qui permet de contrôler ce concept à distance. Le système de propulsion est hybride avec un moteur à hydrogène et deux autres électriques de 136 chevaux chacun. L’autonomie est de 1 100 kilomètres dont 200 en mode tout électrique.

Tesla modèle S, déjà sur le marché

Tesla est bien connu du grand public pour être le leader dans l’innovation automobile. Ses modèles S[5] sont commercialisés en France depuis l’été 2013, mais ceux possédant le pilotage automatique sont vendues depuis 2014. Une application pour smartphone permet déjà de contrôler certaines fonctions et la marque travaillerait aussi sur des montres connectées.

Cette voiture électrique, mis à part son 0 à 100 km/h en 2,7 secondes et son filtre d’air, est équipée du pilotage automatique. Il évolue progressivement au fur et à mesure des mises à jour du logiciel. La voiture peut facilement suivre la route et change toute seule de voie lorsque l’utilisateur actionne le clignotant. L’Autopilot adapte sa vitesse en fonction du trafic et la Model S vous prévient quand elle a repéré une place de parking et se gare d’elle-même si le conducteur le souhaite.

autonome tesla

Bénéficiant depuis août 2016 d’une autonomie supérieure à 600 kilomètres, c’est actuellement la voiture électrique de série la plus puissante et avec la plus grande autonomie. Selon le constructeur, en décembre 2015, la Model S avait déjà dépassé les 100 000 ventes.

La French Touch

L’alliance Renault-Nissan vient tout juste d’acquérir Sylphéo, un éditeur de logiciels spécialisé dans l’informatique en cloud. Les deux constructeurs comptent accélérer leur projet de voitures autonomes et leur développement d’applications smartphones pour les véhicules. L’alliance prévoit de lancer sur le marché plus de dix modèles équipés d’un système autonome d’ici 2020.

En attendant, Renault met au point sa technologie sur un nouvel Espace. Il a été équipé, entre autres, de six différents types de capteurs, des caméras numériques et des scanners laser.

Le constructeur français assure que la conduite autonome et les véhicules connectés seront développés pour le marché de masse et les modèles traditionnels sur trois continents. En 2020, Renault et Nissan mettront en place un système autonome d’intersection qui permettra la conduite autonome en ville, sur les autoroutes et dans les embouteillages. Le système pourra négocier les carrefours sans intervention du conducteur avec détection du feu rouge.

PSA Peugeot Citroën, lui, affirme qu’il proposera ce type de voiture à partir de 2018. Depuis déjà un an, il a lancé un programme de test de prototypes de C4 Picasso dotés de mode automatique. En avril 2016, deux d’entre eux ont parcouru 300 kilomètres de Paris à Amsterdam sans la supervision du conducteur.

autonome picasso

 

BMW iNext

Sur certains modèles, BMW propose déjà des options de pilotage automatique. Mais nous nous intéressons au prototype iNext qui devrait être commercialisé en 2021. C’est un modèle électrique qui roule totalement sans intervention humaine. Pour ce projet, le constructeur allemand s’allie avec Intel et Mobileye. Le premier apporte ses compétences dans les processeurs et le second s’occupera des caméras et des systèmes anti-collisions.[6]

autonome bmw

La BMW iNext devrait voir le jour dès cette année mais sous la forme d’un prototype semi-autonome. L’année prochaine la conduite autonome à un stade avancé sera testée sur des flottes entières avec davantage de fonctionnalités. Le but est de proposer un véhicule autonome de classe 3 à 5. La troisième requiert la présence d’un conducteur à bord pour certaines actions alors que la cinquième correspond aux voitures ne nécessitant aucune intervention humaine. L’ iNEXT sera capable de couvrir les niveaux 3 à 5 de conduite autonome.

Les F1 autonomes

Pour clôturer ce top, nous avons choisi de mettre en avant une première. Les dirigeants du championnat de Formule E ont annoncé qu’en 2016 se tiendra un championnat réservé à la voiture autonome électrique. Ce sera le Roborace

Les courses se dérouleront le même jour et sur le même circuit que celles du championnat de Formule E. Vingt voitures pour un total de 10 écuries se battront sur le bitume pendant des cessions d’une heure. Ce sera l’occasion de tester les performances de ces petits bolides.

Les équipes ne pourront se départager qu’avec le système de conduite intégré des formules autonomes. Ce ne sera pas le pilote qui remportera la coupe mais la meilleure intelligence artificielle. Reste à savoir si elle sera plus performante que l’humain. Ces monoplaces devraient quand même atteindre une vitesse de pointe de plus de 300 km/h. Le design a déjà été élaboré et est plus futuriste que celui que nous connaissons tous. Les équipes auront tous une voiture identique, le but étant de tester le logiciel.

autonome roborace

En décembre dernier, la FIA (la Fédération internationale automobile), afin de mettre en place le Roborace, s’est associé avec l’entreprise Kinetik. Elle a déjà développé un logiciel de base, ne restera plus qu’aux participants de créer leur propre algorithme pour piloter la voiture.

La conduite autonome sera plus aboutie vers 2020. Ce nouveau marché devrait représenter près de 500 milliards d’euros à l’horizon 2035. En attendant, des constructeurs généralistes comme Nissan, Volkswagen ou Ford proposent déjà ces équipements high-tech dans leur catalogue. Si vous cherchez des informations sur le projet Titan d’Apple ou sur les voitures autonomes d’Uber[9], la rédaction a déjà énoncé leurs particularités.