Test Samsung Galaxy S8

242

Le Galaxy S8 est proposé sous Android Nougat avec une interface repensée qui apporte un peu de fraîcheur. Les icônes sont plus arrondies, de nouveaux gestes d’interaction ont été ajoutés et les applications intégrées de base affichent de nouvelles interfaces.

Quand l’écran est en veille, on retrouve l’Always On Display, dans une nouvelle édition. Cette fonction était également disponible sur le S7, elle exploite les capacités de l’OLED afin d’afficher en permanence des informations sur l’écran sans consommer trop d’autonomie. L’heure, la date, le niveau de la batterie ainsi que quelques notifications sont visibles. Avec le S8 on a quelques nouveautés, comme les FaceWidgets. Un double appui sur l’heure propose des contrôles musicaux, les prochaines alarmes et rappels à venir.

L’accès au smartphone peut se sécuriser de plusieurs façons, les deux plus intéressantes étant le scanner d’empreintes digitales, désormais placé à l’arrière et qui fonctionne bien malgré son placement, et le scanner d’iris, qu’on pouvait trouver sur le Note 7. Il permet de déverrouiller le mobile sans avoir à le toucher, à partir du moment où les yeux sont visibles par le capteur. A la configuration du système il est clairement indiqué que le port de lunettes et de lentilles peut gêner, dans les faits j’ai pu tester le système avec des lunettes et celui-ci est agréablement performant.

Le S8 est équipé d’une LED de notifications mais si vous souhaitez aller un peu plus loin (et avoir la classe au passage) vous pouvez activer un système qui illumine la bordure du produit quand une notification spécifique arrive. L’effet est esthétique, mais est très rapide, il est ainsi facile de le manquer. Un peu ironique.

L’accueil du S8 reprend le principe de base d’Android avec icônes et widgets, mais on y trouve quelques spécificités apportées par Samsung. Le menu des applications est accessible désormais via un mouvement de “swipe” vertical (si vous n’aimez pas ce système une option dans les paramètres permet d’afficher une icône classique dans le dock), le tiroir des notifications affiche les alertes regroupées par apps ainsi que quelques options en accès rapide comme le mode performance (optimisation des réglages du smartphone pour de meilleures performances) ou encore le filtre de lumière bleue, pour aider à calmer les yeux le soir.

Mais la grosse nouveauté mise en avant par Samsung reste la fonction baptisée Bixby. Il s’agit d’un ensemble de fonctions regroupées sous un seul nom. Concrètement vous disposez d’un écran supplémentaire à gauche de la page d’accueil sur lequel vous trouverez des “cartes” affichant différentes informations. Prochain rendez-vous, contrôle musical, météo, nombre de pas réalisés dans la journée, etc. Cette fonction est certes visible sur l’accueil mais vous pouvez “l’appeler” depuis n’importe quelle application en utilisant le bouton latéral qui lui est dédié. Une façon rapide de consulter la météo ou les actualités. Sachez tout de même que le bouton ne fonctionne pas toujours bien car Bixby met parfois du temps à s’afficher. Au final on se retrouve à délaisser cette fonction car trop lente à la détente.

Bixby est aussi un assistant personnel avec contrôle vocal, qui remplace d’une certaine façon S Voice. Problème : cette fonction n’est pas encore disponible chez nous, il faudra être un peu patient.

Dernier élément, Samsung a intégré une fonctionnalité qui répond au doux nom de Bixby Vision. Celle-ci est accessible directement depuis l’appareil photo et permet d’identifier un objet ou un lieu à partir d’un cliché capturé. Vous pourrez ensuite en savoir plus sur le sujet photographié et même, si cela est possible, l’acheter directement en ligne. Après avoir effectué quelques tests, mon avis est mitigé à son propos. Bixby Vision est parfois capable de détecter des produits atypiques et semble avoir du mal avec certains objets pourtant simples. Je ne suis ainsi pas bluffé, mais pourquoi pas.

A l’instar de Bixby qui peut être affiché depuis n’importe où, Samsung propose EtiquEdge (jeu de mot entre Edge et étiquette). Il s’agit d’un système qu’on trouve sur tous les appareils récents incurvés en façade et qui, pour la première fois, est présent sur un produit non brandé “Edge” (car cet aspect design est désormais devenu standard, il semble). Une “étiquette” est visible sur le côté de l’affichage, il suffit de tirer dessus pour afficher différentes fonctions : applications favorites, contacts rapides, météo, outils divers (boussole, règle), calendrier, actualités, etc. C’est un peu redondant avec Bixby sur certaines informations mais globalement plus pratique et plus multi-tâche.

D’ailleurs, en parlant de “tâches multiples”, le S8 embarque bien entendu le multiview. Il s’agit d’une option qui permet de partager en deux l’écran, avec deux applications différentes affichées en simultané. Pratique pour regarder une vidéo tout en rédigeant un mail, par exemple. Il s’agit d’un classique Samsung mais qui est devenu plus pertinent avec le ratio d’écran atypique et cette hauteur plus élevée de l’affichage.

Le S8 embarque un paquet d’apps dédiées productivité, agenda, utilitaire de prise de notes avancé (Samsung Notes), la suite Office pour mobile ou encore un dictaphone qui intègre une option plutôt innovante qui vous permet de dicter le texte souhaité.

Les touches de manipulation de l’interface étant désormais complètement tactiles, intégrées dans l’interface, Samsung propose de personnaliser l’aspect de la barre inférieure. Dans les paramètres il est ainsi possible de changer sa couleur ainsi que l’ordre des icônes des boutons “Multitâche” et “Précédent”.

Pour les personnes qui souhaitent sécuriser l’accès à certaines de leurs données, il existe une fonction baptisée Dossier Sécurisé. Il suffit de choisir quels fichiers sont protégés et ils disparaîtront de la liste classique (galerie, explorateur de fichiers). Mieux encore, si vous décidez de sécuriser une application entière, elle sera dupliquée afin que vous puissiez bénéficier de deux réglages différents, par exemple si vous disposez de deux comptes Twitter dont un doit être “caché”.