Test Huawei P9

169

Largement détaillée lors de la conférence, la partie photo profite d’un traitement inédit. En plus des puces dédiées au traitement, Leica a apporté son expertise et sa touche dans le smartphone de Huawei. Ainsi, on va retrouver la police d’écriture de l’allemand, le bruit de l’obturateur Leica, et un mode Pro qui n’est accessible qu’en format portrait…

Dans le traitement, les deux capteurs fonctionnent ensemble pour prendre les photos et ainsi dégager un peu plus de contraste. On peut cependant passer en monochrome uniquement et le résultat rendra n’importe quel cliché fantastique. Autre fonction, la possibilité de faire un “flou artistique” (ou bokeh), cette option est uniquement disponible en mode automatique. Cependant, le traitement logiciel n’est pas des plus parfaits et les résultats sont parfois aberrants… Après, on retrouve les options déjà disponibles sur le Mate S ou le Mate 8 avec le lightpainting, le redressement de documents, time-lapse etc.

Les clichés pris ont tendance à avoir des couleurs sublimées. C’est sympa, mais le rendu ne reflète pas la réalité. En basse luminosité, le smartphone ne fait pas des miracles, mais reste dans la moyenne haute. Pourtant Huawei nous annonçait faire mieux que le S7…

Le logiciel de retouches intégré est disponible depuis longtemps sur EMUI et il s’améliore de version en version. Il permettra de faire des retouches légères sans installer d’applications tierces.