Test Huawei Ascend P7

154

Le Ascend P7 ressemble à s’y méprendre à un iPhone 5s. Les bords rectangulaires et plats assurent une très bonne prise en main, aussi bonne que l’iPhone et que le Samsung Galaxy S5.

Le Ascend P7 revendique la place de smartphone 4G le plus fin du monde. Photo comparative à l’appui, son épaisseur n’est que de 6,5mm. Il fait d’ailleurs mieux que l’iPhone 5S et le Galaxy S5 sur un autre point : la finesse du bezel (la partie située entre le bord du smartphone et l’écran). Mais ce chiffre est un peu trompeur, car une fois l’écran allumé, il y a un bon millimètre de noir autour de l’écran. Malgré ce petit détail, le confort visuel est excellent, l’écran en met plein la vue !

Le bouton d’allumage tombe naturellement sous le pouce si vous tenez votre smartphone de la main droite, et si vous le tenez de la main gauche c’est l’index qui allumera l’appareil.

Juste au dessus, un seul bouton à deux directions : haut et bas. Juste au dessous du bouton central, deux trappes intelligentes. Chacune d’elle accueille une carte sim, mais vous pouvez aussi choisir d’installer une carte Micro SD dans l’une d’elles, une assez bonne idée, spécialité de la marque.

Nous l’avons dit, mais on va en remettre une couche : l’écran est magnifique ! La taille est de 5″, et il est protégé par une vitre Gorilla Glass 3, le tout dernier modèle, élément assez rare sur les smartphones chinois. Et autre détail sympa, le Gorilla Glass 3 protège également l’arrière du smartphone. Une idée visiblement fortement inspirée des Sony Xperia Z1 et Z2.

La résolution est Full HD en 1920×1080, et la finesse est tout simplement supérieure à ses plus illustres concurrents. Le P7 annonce un pitch de 445 ppi, contre 432 pour le Galaxy S5, et 326 pour l’iPhone 5s. Sur le papier, il est donc d’une plus grande finesse que les deux smartphones haut de gamme les plus vendus au monde. Encore gagné.