Test du YotaPhone

219

L’écran à l’arrière est super sympa, il étonne plus d’une personne quand je sors ce téléphone et que je consulte d’abord mes notifications avant de “par magie” retourner mon téléphone et avoir un écran classique. Sur l’écran e-ink, vous pourrez afficher vos notifications (ou les masquer dans les paramètres), afficher les informations des réseaux sociaux, lire des livres, afficher une image.

L’affichage d’image peut servir pour économiser la batterie en affichant un plan, ou une carte d’embarquement pour être sûr d’avoir l’image si on est en galère de batterie. De plus l’écran est très confortable pour lire des livres, il n’est pas rétroéclairé donc c’est en plein soleil qu’il est très appréciable.

L’écran : c’est en plein soleil qu’il est très appréciable

L’écran n’est pas tactile mais on a une petite bande tactile en bas de l’écran pour interagir. Un swipe vers la droite ou la gauche et vous débloquez l’écran, un “double-clic” et vous basculez entre l’écran d’accueil et la dernière application ouverte sur l’écran e-ink. Le rafraichissement est un peu lent mais ce n’est pas la faute de Yota ici mais de la technologie e-ink qui n’a pas encore réussi à se débarrasser de cette latence… La zone tactile ne répond pas toujours correctement (ou alors c’est l’effet Bonaldi…).

Lors de l’arrivée d’une notification, on peut la lire sur l’écran et retourner son mobile afin qu’il lance automatiquement l’application nous permettant d’y répondre.