Skully Helmet, des objets connectés pour les motards

345

Le nouveau bijou de Google glass

Connu comme étant le spécialiste des accessoires et de la sécurité sur les véhicules à deux roues, Google Glass[1] a inspiré la startup Skully Helmets qui a conçu dernièrement un casque des plus sophistiqués. Cette pionnière de la technologie moderne ne cesse d’épater la clientèle avec plus de produits répondant mieux encore aux nombreux besoins du moment.

Ce nouveau joujou des motards a été baptisé Skully P1. Une avancée technologique des plus remarquables.

L’écran HUD

Effectivement, on y retrouve un écran qui informe au motard, de plusieurs informations qui l’aideront à mieux apprécier sa conduite. La technologie HUD ou encore Heads-Up Display y a été intégré. Cette innovation résulte d’une amélioration au niveau de l’affichage apportant une vision en « tête haute » par la visière.

La commande à distance.

De plus, cette invention des plus pratiques régularise toutes difficultés rencontrées au quotidien par le conducteur. Par exemple, il n’est plus nécessaire de s’arrêter dans un coin de rue pour envoyer un mail ou encore de se garer pour accéder à un quelconque bouton difficile d’accès. Ce casque dernier cri dispose d’une fonction de commandes simples et pratiques, contenant un système GPS[2] directement affiché sur l’écran HUD, afin de pouvoir conduire sans avoir à faire une halte quelconque. Le motard peut envoyer des mails ou des SMS juste en usant de sa voix, de par la connexion possible entre son Smartphone et son casque, par l’intermédiaire du Bluetooth de l’appareil. De ce fait, on peut tout aussi bien envoyer ou recevoir des appels sans avoir à sortir son mobile ni arrêter de conduire.

La caméra high-tech

En addition à tout cela, Le casque contient une caméra qui permet au motard d’avoir une vision totale de son entourage sans avoir à bouger sa tête. Les angles morts sont désormais exposés ce qui renforce la sécurité du motard.

Malheureusement pour les pressés, le prix de vente n’est pas encore déterminé, mais il est toutefois possible de s’inscrire parmi les « bêta-testeurs » en visitant le site de la startup