Les objets connectés se mettent au vélo

129

En cette période où le moindre petit objet peut devenir connecté, les entreprises ont trouvé de nombreuses façons de nous faire redécouvrir le cyclisme.

Les roues connectées

La Roue de Copenhague : créée par le MIT, elle dispose d’un petit moteur et permet de recueillir des données telles que le niveau de pollution de l’air. Cette roue permet également de stocker l’énergie produite pendant que vous pédalez ou freinez pour la restituer au moment où vous aurez besoin d’un petit coup de pouce. Pour cela il suffira d’augmenter le niveau d’assistance via l’application installée sur le smartphone.

roue de copenhague

Fonctionnant sur le même principe, Flykly se distingue par son application permettant de bloquer le fonctionnement de la roue et ainsi empêcher le vol du vélo. Cette roue, dotée d’un moteur associé à une batterie, transforme un vélo classique en vélo à assistance électrique. Selon son concepteur elle serait simple d’utilisation et se monterait très facilement sur votre vélo.

Les cadenas connectés

Avec les cadenas connectés, les grandes firmes jouent sur la sécurité. Leur objectif : empêcher le vol des vélos à l’aide de cadenas qui ne s’ouvrent que lorsque leur propriétaire, muni de son smartphone, s’approche et désactive la sécurité.

Un produit se trouve déjà sur le marché : Bitlock[1]. L’objet ressemble à un cadenas ordinaire mais se distingue par une batterie intégrée d’une autonomie de 5 ans. Grâce à l’application installée sur le smartphone, l’utilisateur peut déverrouiller le cadenas sans effort. De plus, il permet de collecter des données telles que le nombre de kilomètres effectués ou encore les calories brûlées.

Cependant ce dernier devra bientôt faire face à l’arrivée du Skylock : un cadenas doté d’un capteur solaire permettant de charger la batterie pour une durée d’une semaine après seulement 1h d’exposition au soleil. Il possède également un capteur de mouvement destiné a réduire les risques d’accident et à prévenir les secours en cas de chute. Enfin, si quelqu’un essaie de vous dérober votre vélo, une alerte sera envoyée sur votre smartphone.

Les casques connectés

La sécurité n’est pas la seule préoccupation des entreprises. Ainsi la firme LifeBeam a conçu et commercialisé le premier casque connecté : Smart. De l’extérieur, il ressemble à n’importe quel casque mais l’objet est équipé d’un capteur qui mesure la fréquence cardiaque tout au long de l’activité. Les données sont donc envoyées à un smartphone ou une smartwatch afin que l’utilisateur puisse surveiller son rythme.

Un tout autre casque connecté est en projet : le MindRider Helmet. Ce dernier permettra d’analyser le comportement de son propriétaire face à d’éventuels dangers à l’aide d’un capteur qui effectue une électroencéphalographie (EEG). Grâce à l’application installée sur le smartphone vous pourrez, par exemple, voir à quels endroits de votre parcours vous êtes le plus concentré. Le casque ne convient pas uniquement aux cyclistes, il peut être utilisé pour de nombreuses autres activités (roller, skate….).

Hélios : le guidon connecté[2]

Hélios est le premier guidon connecté destiné principalement aux vélos de course et à installer soi-même. Il dispose d’un GPS ainsi que de plusieurs LED (une à l’avant et deux autres aux extrémités des poignets) permettant une meilleure vision nocturne. Il vous est même possible de choisir la couleur de ces dernières.

helios

Les vélos connectés

Non contentes de créer uniquement des accessoires pour vélo, les entreprises spécialisées dans les objets connectés ont décidé de concevoir des vélos entièrement connectés. Le premier à venir sera le Vanhawks Valour.

Conçu en fibres de carbone et donc très léger, il sera doté d’un GPS et permettra d’enregistrer la distance parcourue, la vitesse moyenne ou encore de détecter d’éventuels obstacles.

Deux autres vélos sont encore à l’état de projet : le GI Bike et le Samsung Smart Bike. Le premier sera semblable au Valour avec la particularité de pouvoir se plier en quelques secondes. Il sera également équipé de LED ainsi que d’un système permettant de bloquer le fonctionnement des roues. Pour le charger, il suffira de le brancher à l’aide du port USB intégré.

Quant au Samsung Smart Bike[3], il se distinguera par l’intégration d’une caméra arrière ainsi que des faisceaux lasers permettant d’illuminer la route.

L’application installée sur le smartphone vous permettra également de planifier vos itinéraires ou de consulter le trafic en temps réel.

Force est de constater que les entreprises ne comptent pas s’arrêter là et entendent bien trouver de nouvelles façons de révolutionner le cyclisme.