L’avion avec wifi haut débit de Vueling pour très bientôt

231

Annoncé à la presse l’année dernière par la compagnie espagnole Vueling, le projet d’un avion avec à son bord une connexion internet haut débit est presque arrivé à son terme. Lundi 17 mars, Vueling nous présentait en exclusivité son prototype à Madrid.

Paroles, des paroles…

Alors qu’on est désormais habitués à avoir une connexion internet partout, y compris aux toilettes et dans les coins les plus perdus de la Creuse, en 2015, un endroit était il y a peu une terra incognita de l’internet: l’avion. Même si le Wi-fi se généralise de plus en plus (21 compagnies le proposent sur une fraction de leurs vols, souvent les plus longs et chers), il reste encore l’exception et non la règle. D’autant plus que le Wi-fi en question est souvent lent et peu performant. En annonçant des avions avec un internet haut débit, la compagnie low-cost Vueling se plaçait comme une pionnière en Europe. Qu’en est-il donc ?

Un A320 avec wi-fi de Vueling
Et bien pour être honnête… j’ai été un peu déçu. Alors qu’on parle d’un avion avec le wifi utilisable pendant le vol, le prototype présenté par Vueling n’est pas sorti du hangar pendant la démonstration, et le Wi-fi n’était pas opérationnel. En clair, avec un avion cloué au sol et sans wi-fi, impossible de vérifier quoi que ce soit. Nous ne sommes donc guère plus avancé que lors de l’annonce du projet l’année dernière par Vueling. Vueling a toutefois apporté de nombreuses précisions en répondant à nos questions. Tout d’abord, le Wi-fi, annoncé à 20 mbps, sera partagé entre tous les voyageurs. Oubliez donc vos rêves de profiter du vol pour télécharger l’intégralité de Star Trek et des Feux de l’Amour. La puissance d’une telle connexion est assurée via le satellite Eutelsat KA-SAT, qui fait parti de la nouvelle génération de satellites hauts débits. Selon Telefonica (qui fournit la connexion à Vueling), il réutilise les fréquences élevées de la même manière qu’un réseau de téléphonie mobile et possède une bande passante 70 fois supérieure aux satellites de communication traditionnels. Il est capté par l’avion via une discrète antenne installée sur le toit de l’appareil.

Le Wi-fi ne devrait pas influer sur le prix des billets. À la place, une fois à bord, les voyageurs pourront signaler s’ils veulent utiliser le Wi-fi ou pas. Ils payeront donc un surcoût d’un montant encore non précisé et recevront un mot de passe unique, leur permettant d’accéder au wifi. Il ne sera pas possible de faire fonctionner plusieurs appareils avec un code. Ce sera donc soit votre tablette, soit votre smartphone. Ainsi, une famille de 4 personnes voulant profiter du Wi-fi devra payer 4 fois.

Le Wi-fi est assuré par 3 points d’accès WAP , installés dans la coque de l’avion (plan ici), derrière les portes-bagages, ce qui permet de recevoir l’internet en permanence, là où il est possible aujourd’hui de perdre le wifi si un passager se lève dans les avions actuels. Les pilotes et stewards pourront bloquer et reset la connexion à tout moment en appuyant sur un simple bouton, présent à l’entrée et dans le cockpit.[1]

Maria Cardenal, chef du développement produit chez Vueling, a affirmé que les premiers avions de Vueling équipés de cette technologie seront prêts pour cet été, courant Juin. La compagnie doit encore attendre l’autorisation du gouvernement espagnol, qui ne devrait pas tarder, pour se lancer dans la modification de sa flotte, ce qui prend plusieurs jours et quelques centaines de milliers d’euros par avion. Si l’opération est un succès, cette technologie se répandra parmi toutes les filiales du groupe IAG, qui possède Vueling.

Un marché en expansion, mais peu porteur

Devenu récemment un argument commercial de taille, le Wi-fi dans les avions ne rencontre pas beaucoup de succès chez les clients, bien que le marché soit en expansion[2]. On pourrait croire que la longueur parfois assommante des voyages et le manque d’activités possibles (lire, jouer à la game-boy, regarder de vieux films ou tenter de dormir) ait engrangé une forte demande de Wi-fi. Pourtant, il n’en est rien. Seule une faible proportion des passagers (autour de 10%) utilisent les Wi-fi lorsqu’ils en ont l’occasion. Les raisons principales étant la faible qualité de ce dernier et… le coût, qui oscille entre 4 et 11 euros de l’heure. Une pilule difficile à faire avaler pour un service que beaucoup considèrent comme étant gratuit. Ajoutons à cela que le Wi-fi des avions est en général peu sécurisé, et il y a peu de raisons de vouloir surfer sur le net dans un avion en 2015. D’autant que l’on peut aussi considérer que l’absence de connexion permet pendant un court moment d’échapper à la frénésie de notre société de communication…

En promettant un Wi-fi très haut débit pour des vols low-cost, Vueling, si elle ne propose pas un prix trop délirant, tiens donc l’occasion rêvée pour se démarquer de ses rivaux et gagner des points dans un secteur avec une concurrence acharnée. L’organisation propriétaire du satellite utilisé, Eutelsat, a aussi beaucoup à y gagner. 3ème opérateur mondial sur le marché des satellites et entreprise la plus productive de France en 2009, elle pourra gagner quelques points. En particulier quand sa rivale, Inmarsat, s’affaire à installer du wifi haut débit dans les avions… jusqu’à 50 mbps !