Google Glass : cause perdue ? Pas pour Tony Fadell !

0
73

À l’occasion d’une interview à la BBC, Tony Fadell, le créateur de l’iPod et fondateur de Nest a abordé le sujet des Google Glass. Pas question de commettre deux fois les mêmes erreurs, et d’aller plus vite que la musique. Les prochaines lunettes connectées prendront le temps nécessaire afin de ne pas décevoir une nouvelle fois le public.

Lorsqu’on parle des Google Glass, deux sentiments entrent en conflit. À la fois une grande impatience de voir enfin le nouveau modèle du géant américain, et une certaine déception en repensant à la version Explorer des lunettes, à peine arrivée et déjà retirée du marché aux États-Unis, entrainant dans la foulée le mea culpa d’Astro Teller[1], directeur du laboratoire Google X.

Ne pas commettre les mêmes erreurs

Une erreur de stratégie aux yeux de Tony Fadell, le créateur de l’iPod, et fondateur de la société Nest, qui a pourtant décidé de rejoindre le projet. « Cela ne m’a pas été proposé« , déclare Fadell à la BBC[2], « je me suis proposé« . Puis il ajoute, « Je me souviens comment c’était lorsque nous avons fait l’iPod et l’iPhone. Je pense que cela peut devenir aussi important, mais ça va demander du temps pour faire les choses bien« .

L'échec des Google Glass

En offrant ses services à Larry Page, Tony Fadell a de quoi redonner une crédibilité aux lunettes connectées[3] de Google[4], et aider à corriger les erreurs faites avec la première version. Ce coup-ci, hors de question de faire sortir les Glass en dehors des murs de la société. Si cette technique peut être utilisée avec des services comme Gmail, elle ne s’applique en revanche pas à du matériel, « Si vous faites uniquement des services basés sur des électrons, vous pouvez parcourir rapidement, les tester, les modifier et les faire fonctionner« , explique le père de l’iPod. « En revanche, lorsque vous avez affaire à de vrais atomes – du matériel- et que vous avez à obtenir des lignes de production et que cela prend un an ou plus pour développer ce produit, vous avez plutôt intérêt à comprendre ce que c’est, ce que ça essaye de faire, et de ne pas faire« , poursuit-il.

En procédant de la sorte, les consommateurs qui attendent un produit « qui apporte une vraie valeur » ne seront pas déçus, au même titre que les développeurs qui doivent être aux côtés des fabricants. À en croire les rumeurs florissant depuis plusieurs mois sur la toile, la prochaine version des Glass se concentrerait cette fois sur les professionnels plutôt que le grand public.