[CES 2015] Oku, scannez votre peau pour un monde plus beau

154

Oku, c’est un petit carré de plastique connecté qui aimerait bien mettre votre dermatologue au chômage. Présenté au CES 2015, Oku scanne votre peau et établit un diagnostic de votre épiderme. Tour d’horizon des promesses grandiloquentes du carré Oku.

Oku vous dit tout sur votre peau

Même ce que vous ne souhaitiez pas savoir. Simple d’utilisation a priori, il suffit de passer Oku sur votre visage, matin et soir comme recommandé par les concepteurs, et de visualiser sur l’application dédiée les données relevées. Le carré magique établit ainsi votre « SkinScore ». Et à cet effet, il piste tout : la pigmentation de votre peau (au cas où vous découvriez soudain qu’en fait vous êtes vert(e) ou bleu(e) ! ), sa texture, la présence ou l’absence de rides (finies les belles illusions) et si vous avez une peau grasse, sèche ou mixte.

Scans de peauLe but ?

Si vous utilisez le cube Oku deux fois par jour, l’application recroise les données journalières afin de vous donner la marche à suivre pour améliorer l’aspect de votre peau. Un coaching cutané, en somme. Si vous ratez une journée, pas de souci, vous pouvez reprendre là où vous en étiez, l’application garde vos données en stock. Oku vient avec une pochette de voyage pour en faire un objet nomade et vous inciter à l’emporter avec vous même en voyage. L’objet se pose sur une station dock dans toutes les pièces de la maison.

Dock de Oku

Une démarche scientifique floue

La start-up à l’origine d’Oku ne lésine pas sur le caractère scientifique de son objet. Sur leur site, Getoku.com, ils n’hésitent pas à dire que la technologie du cube Oku résulte de « 100 ans de recherche sur différents types de peau à travers le monde ». Pour un objet premier de sa génération, difficile de les croire sur parole. Autre « hic », la technique de relevé n’est pas détaillée, les concepteurs parlent de « lumières invisibles« . Et d’après une interview d’une journaliste du site américain TheVerge.com, impossible d’en savoir plus. Même en questionnant le co-fondateur du produit, Sava Marinkovich.

Un objet connecté vecteur de stress ?

Si vous n’étiez pas exactement satisfaits de la qualité de votre peau, ou du genre à vous comparer aux autres, Oku n’est pas là pour vous rassurer. Il vous posera une série de questions sur votre mode de vie, votre régime alimentaire et vos habitudes cosmétiques. Nulle trace des partenariats prévus, mais le co-fondateur souhaite investir le marché du vieillissement cutané et des cosmétiques associés. Il est pour l’instant assez facile d’imaginer, sans informations complémentaires, que le cube Oku est avant tout un guide de consommation. On espère que ses fondateurs passeront à la moulinette scientifique avant de mettre l’objet sur le marché.

On aime pas trop

Le contenu du site du cube connecté et ses grandes phrases vertueuses de type : « Comme tout le monde, vous voulez avoir la plus belle peau possible« , « nous voulons faire du monde un endroit plus beau » et autres affirmations qui risquent de générer des inquiétudes chez les personnes les plus fragiles. Le flou artistique en terme scientifique et médical. Le peu de données disponibles pour le moment.

A tester à sa sortie, donc.

Oku, le scanner de visage est prévu pour une sortie au printemps 2015. L’application du produit sera compatible iOS dans un premier temps. Le prix pour une précommande est de 249 $ (environ 210 euros), il sera ensuite vendu à 299$ (environ 254 euros).