Ava, le bracelet connecté qui vous dit quand concevoir

373

Une start-up suisse a développé le premier bracelet connecté destiné à déterminer la période idéale de fécondité chez une femme, celle-ci étant dès lors consultable directement sur son smartphone. Précisions.

C’est à Zurich que Lea Von Bidder, Pascal Koenig, Peter Stein et Philipp Tholen fondent en 2014 d’une idée commune l’entreprise Ava, nom éponyme de celui de leur principal projet : un bracelet connecté qui agirait comme un détecteur de cycles, d’où chaque femme utilisatrice pourrait déterminer les périodes idéales de conception.

Comment ça marche ?

Ava fonctionne sur le même principe foncier que les montres et autres bracelets connectés. La particularité de celui-ci est qu’il collecte des données chimiques fournies par les hormones produites lors d’un effort pour évaluer la situation actuelle du cycle en cours de l’utilisatrice. Ces données sont ensuite transférées du bracelet au smartphone de la propriétaire, qui sont dès lors traduites par l’application associée fournissant un relevé complet de votre condition physique, de votre situation cardiaque et hormonale.

Une telle précision serait rendue possible grâce au captage de quelques 3 millions de points de données sur l’ensemble du corps féminin qui indiquerait tout changement du métabolisme par le biais de 10 capteurs spécifiques, selon l’entreprise suisse, qui a pourtant laissé une zone d’ombre sur le sujet.

Ava, votre nouveau compagnon de maternité?

Nouveau gadget donc, ou réelle avancée ? Si la précision et l’utilité du bracelet est indéniable selon l’équipe dirigeante d’Ava, celui-ci ne garantie cependant pas une fiabilité absolue. Il a pour but de formaliser de manière concrète et scientifique les différentes méthodes de conception reposant sur l’observation du calendrier menstruel de la femme. Déjà concurrencé sur le secteur par Tempdrop et Duofertility, Pascal Koenig entend démarquer son produit de celui de ses rivaux en indiquant qu’il s’agit d’un véritable système complet de gestion de santé, à l’instar d’une montre santé connectée Philipps, prenant par exemple en compte la qualité du sommeil de l’utilisatrice, en plus de ses autres capacités.

Prévue pour le début de l’année 2016, le bracelet connecté sera accessible à partir de 220 euros.